BESOIN DE CONSEILS
POUR TROUVER
UNE MAISON DE RETRAITE ?
Je recherche :
1 Je formule ma demande
2 Un conseiller me rappelle
3 Nous trouvons une solution
-

Maison de retraite » Base de documents » Maintien à domicile - Les professionnels » Les acteurs de l'assistance à domicile

Les acteurs de l'assistance à domicile

A+ A- Imprimer le dossier Envoyer par email

La décision du maintien à domicile d’une personne dépendante n’est possible que si un ensemble de précautions a été pris préalablement. Différentes assistances sont prévues pour accompagner la personne âgée dans ses tâches quotidiennes depuis l’assistance médicale jusqu’à la livraison de repas à domicile.

1.      L’assistance médicale et sanitaire

 Afin d’accompagner la personne âgée dans ses tâches quotidiennes, il est indispensable de prévoir une assistance médicale afin d’assurer la sécurité de la personne concernée. A ce titre des services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) ont été mis en place et permettent, selon les prescriptions médicales.
 
L’assistance médicale s’organise autour du médecin généraliste.
Celui-ci est souvent le principal artisan de la décision de placement en établissement d’accueil ou de maintien à domicile, dans la mesure où il est le dépositaire de la confiance de la famille.
Sa compétence s’étend notamment
  • aux diagnostics, prescriptions et à l’évolution du traitement
  • à la gestion des interventions d’auxiliaires médicaux (kinésithérapeutes, infirmiers, aides soignants)
  • à la détermination du degré de dépendance, selon les critères de la grille AGGIR
  • à la réalisation du bilan fonctionnelle (acuité audiovisuelle, état dentaire, besoins de nutrition, état psychologique, capacité psychomotrice, situation dans l’espace…)
La compétence des infirmiers est requise pour l’exécution des actes médicaux qui leur sont dévolus, et coordination, le cas échéant, avec les médecins ou les aides soignant pour l’organisation quotidienne du suivi médical du malade.
 
L’assistance sanitaire comprend la réalisation des soins généraux d’hygiène, et le concours pour la réalisation d’actes essentiels à la vie.
 

2.      L’assistance ménagère
 
L’aide ménagère est en charge de l’entretien du lieu d’habitation de la personne âgée. Elle porte son concours à la réalisation de multiples tâches, du nettoyage à la préparation des repas, ou encore l’accompagnement chez les médecins. Elle n’a en revanche pas compétence pour administrer des soins.
L’aide ménagère est un acteur essentiel dans le maintien à domicile d’une personne, cette relation doit être fondée sur la confiance et doit être une source de plaisir. Elle a notamment vocation à accompagner la personne âgée en promenade, lui proposer des distractions adaptées.
Des aides financières sont possibles (aide sociale ou participation de la caisse de retraite). Il faut être particulièrement exigent quant au sérieux de la personne choisie, on pourra utilement se renseigner auprès du Centre Communal d’Action Social (CCAS), de sa mairie ou encore d’associations d’aides ménagères.
 

3.      L’assistance sociale
 
Son rôle est primordial dans la décision d’opter pour le maintien à domicile d’une personne âgée en perte d’autonomie. Elle intervient notamment dans
  • La détermination des aides financières auxquelles la personnes est éligible
  • L’orientation vers la structure d’accueil la mieux adaptée eu égard à la situation familiale
  • L’information de la personne et de son entourage (protection juridique, question administrative, gestion de la dépendance…)
  • La prévention de la dépendance 

4.      Le garde à domicile

Sa présence est aussi précieuse pour la personne gardée que pour son entourage. Le garde à domicile permet en effet à l’entourage de vaquer à ses occupations pendant une durée déterminée : journée, demi-journée, week-end voire pour une durée plus longue. Comme toujours il convient de s’adresser à des organismes justifiant d’une garntie de qualité suffisante. Les coûts engendrés par un garde à domicile ne sont généralement pas pris en charge, sauf par certaines caisses de retraite.
 

5.      Assistances diverses
 
Les CCAS, mairies ou caisses de retraite peuvent également vous orienter vers des associations spécialisées dans
  • L’assistance administrative (réalisations des déclarations fiscales, comptabilité, correspondances…)
  • La livraison de repas à domicile
  • La coiffure à domicile
  • La télé-assistance via la mise en place d’un dispositif de liaison entre le domicile et un organisme de surveillance sur la simple pression d’un bouton d’alerte.

6.      Comment s’orienter dans les associations d’aide à domicile

 L’exigence d’un agrément qualité

L’agrément qualité est en effet obligatoire pour toutes les associations à but non lucratifs dédiées aux services auprès de personnes fragiles (âgées, dépendantes…). Celui-ci est renouvelable tous les ans et est attribué par les Préfet du département sur avis de la DDASS (Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales ) et du CROSS (Comité Régional de l’Organisation Sanitaire et Sociale).
Cet agrément ouvre droit à
  • Une TVA au taux réduit de 5 ,5%
  • Une déduction fiscale pour emploi à domicile
  • L’utilisation des chèques emploi services universels
Associations prestataires et mandataires
Les associations prestataires passent un contrat avec leur client et affecte ensuite le personnel requis. Les personnes travaillant auprès des personnes dépendantes sont donc salariés de l’organisme contractant et sous leur responsabilité. Ces organismes doivent donc poursuivre les prestations pendant les absences de leurs employés (obligation de continuité).
Les associations mandataires permettent à la personne dépendante d’être l’employeur de l’aide à domicile tout en le déchargeant des formalités administratives (recherche, contrat de travail, URSSAF).
Autres dossiers