1774 places disponibles
Maison de retraite
Forum maison de retraite
Blog vidéo maison de retraite

Planète Maison de Retraite » Glossaire » Maison de retraite Alzheimer

L’importance de l’accompagnement des équipes des maisons de retraite Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est une maladie évolutive. Les personnes âgées qui en sont atteintes peuvent donc, lorsque la maladie n’en est qu’à ses débuts, rester à domicile pendant quelques mois, voire quelques années. Mais même à domicile, ces personnes restent des personnes malades et il est essentiel qu’elles soient suivies par des professionnels compétents et c’est la raison pour laquelle les équipes des maisons de retraite Alzheimer se tiennent à leur disposition ainsi qu’à celles de leurs familles pour les accompagner.

En effet, médecins et infirmiers des maisons de retraite Alzheimer aident les personnes touchées par la maladie à mieux la comprendre et donc, à mieux la gérer au quotidien. Les personnes se trouvent souvent démunies à l’annonce du diagnostic : un accompagnement par des professionnels compétents est donc indispensable et permet aux aidants, comme aux personnes âgées, de mieux appréhender l’avenir.

En fonction du degré de dépendance de la personne et de l’importance de ses symptômes, le personnel de la maison de retraite Alzheimer à laquelle vous ferez appel vous proposera des séances d’information, des conseils voire un encadrement plus ou moins poussé au sein de leur établissement. La prise en charge des personnes atteintes en maison de retraite Alzheimer peut prendre différentes formes et n’est pas toujours à temps complet. Le personnel d’une maison de retraite Alzheimer, parce qu’il connaît parfaitement la maladie, saura donc vous conseiller.

Découvrir qu’un proche est touché par la maladie d’Alzheimer est toujours une épreuve difficile à surmonter. Se faire accompagner par des professionnels compétents dans le domaine peut toutefois permettre de mieux se préparer à ce que sera l’avenir. N’hésitez donc pas à faire appel à l’équipe soignante de la maison de retraite Alzheimer de votre choix, même si votre proche est maintenu à domicile car son soutien est précieux.

Admission en maison de retraite Alzheimer : choisir le bon moment

Les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer n’ont pas toutes les mêmes symptômes car aucune d’entre elles n’en est au même stade dans l’évolution de sa maladie. Lorsque le diagnostic tombe, il n’est pas toujours nécessaire, par exemple, de placer la personne malade dans une maison de retraite Alzheimer. Parfois, le maintien à domicile reste possible pendant quelques mois ou quelques années mais il est impératif qu’il soit encadré par l’équipe soignante d’une maison de retraite Alzheimer.

Lorsque le maintien à domicile devient impossible parce que les symptômes sont trop lourds à gérer pour les aidants familiaux et/ou que la personne malade devient trop dépendante, le placement en maison de retraite Alzheimer devient donc inévitable. Ni trop tôt, ni trop tard, celui-ci doit se faire au bon moment car il en va de l’évolution de la personne malade et surtout, de sa sécurité. S’il est dangereux de maintenir une personne atteinte de la maladie d’Alzheimer à domicile, la placer trop tôt dans une maison de retraite Alzheimer n’est pas non plus recommandé. La fréquentation, au quotidien, de personnes plus avancées dans la maladie, peut en effet être difficile psychologiquement pour une personne qui a encore de nombreuses capacités et qui ne rencontrent que des problèmes ponctuels.

Pour ce type de personnes, un accompagnement personnalisé est toutefois recommandé mais peut se faire dans la structure d’accueil d’une maison de retraite Alzheimer. Choisir le bon moment pour faire admettre une personne en maison de retraite Alzheimer est essentiel car c’est de cette admission que dépendra l’évolution de la personne dans sa maladie et son bien-être. Afin de ne pas faire d’erreur, il est donc essentiel, dès le diagnostic, que la personne âgées soit suivie par une équipe compétente qui saura déterminer le moment opportun pour une admission à temps plein.

Les accueils de jour dans les maison de retraite Alzheimer

Les maison de retraite Alzheimer sont des établissements spécialisés dans la prise en charge des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ou de tout autre syndrome apparenté. Cette pathologie étant évolutive, il est important qu’elle soit prise en charge le plus tôt possible et ce, même si l’état de santé de la personne âgée en question ne nécessite pas un placement définitif dans une maison de retraite Alzheimer.

C’est pour accueillir ces malades en début de maladie que les maisons de retraite Alzheimer ont mis en place des accueils à différents niveaux, qui répondent aux besoins des malades. Les accueils de jour en font partie et permettent aux personnes âgées de bénéficier d’une prise en charge professionnelle quelques heures par semaines. Ces moments sont très bénéfiques, quel que soit le niveau de dépendance et l’avancée de la maladie, car ils permettent à ces résidents temporaires de profiter d’activités et de bénéficier d’autres conseils dispensés par des professionnels qui côtoient la maladie au quotidien.

Pour les familles aussi les accueils de jour des maisons de retraite Alzheimer sont essentiels. En effet, ces formules leur permettent de poser des questions à des équipes soignantes qui posent un regard d’expert sur l’état de leurs proches. Il est en effet parfois difficile de se rendre compte de l’évolution de la maladie d’une personne avec qui l’on est en contact au quotidien. L’intervention ponctuelle des équipes soignantes des maisons de retraite Alzheimer permet donc à la famille d’obtenir un regard et un avis extérieurs.

Enfin, les moments que les malades passent dans les accueils de jour des maisons de retraite Alzheimer sont autant d’heures pendant lesquelles les aidants familiaux, investis tout au long de l’année dans la prise en charge de la maladie de leurs proches, peuvent souffler et s’adonner à des activités personnelles. Des moments essentiels mais qui ne remettent pas en cause l’investissement personnel qui est celui des aidants familiaux.

L’importance des activités autour des fonctions cognitives dans les maisons de retraite Alzheimer

Bien que la dégénérescence des fonctions cognitives des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ne puisse être stoppée ou soignée, elle peut toutefois être ralentie par un travail constant et soutenu, encadré par des professionnels. Les maisons de retraite Alzheimer sont spécialisées dans la prise en charge des malades et les équipes soignantes qui œuvrent dans ce domaine connaissent donc, mieux que quiconque, l’importance du travail à effectuer autour des fonctions cognitives.

Par des activités intellectuelles et physiques ludiques et plus ou moins soutenues, les équipes soignantes encouragent les personnes âgées à utiliser leur mémoire, leurs capacités de réflexion et leurs émotions. Le degré d’évolution de chaque malade étant différent, il est important que les animateurs ou les aides-soignants en charge de ces activités sachent les adapter à chaque personne. Cette mission est plus ou moins complexe en fonction du nombre de malades résidant dans la maison de retraite Alzheimer en question mais aussi en fonction de l’état d’avancée de leur maladie.

Lorsque cela est rendu possible sur le plan logistique, les animateurs créent des groupes de compétences qui rassemblent les malades en fonction de leurs capacités. En effet, le travail en petits groupes permet un meilleur suivi de chaque personnalité mais favorise également le lien social par le biais des activités de groupes. L’une des caractéristiques de la maladie d’Alzheimer étant l’amenuisement progressif des fonctions de communication, le mélange des malades pris en charge dans les maisons de retraite Alzheimer est essentiel.

Le travail autour des fonctions cognitives et les activités qui y sont associées est donc un aspect essentiel de la prise en charge des malades dans les maisons de retraite Alzheimer et il est important, avant de choisir son établissement, de bien se renseigner auprès du personnel soignant pour connaître les structures mises en place autour du maintien des fonctions cognitives.

Les dispositifs mis en place pour gérer les crises des malades dans les maisons de retraite Alzheimer

Les personnes âgées accueillies dans les maisons de retraite Alzheimer sont très souvent désorientées du fait de leur maladie et peuvent être sujettes à des crises d’angoisse, de violence voire de démence. Pendant ces crises, le personnel soignant doit intervenir rapidement afin de protéger les autres résidents de la maison de retraite Alzheimer mais aussi la personne en crise. La gestion des crises de démence des malades est donc une donnée primordiale dans le quotidien des soignants des maisons de retraite Alzheimer qui mettent divers dispositifs en place afin de les maitriser au mieux et, lorsque cela est possible, sans un recours systématique à la médicamentation.

Pour assurer la quiétude de tous, des dispositifs adaptés au nombre de patients et à leur degré d’avancement dans la maladie sont mis en place. Dans les chambres par exemple, tout objet qui pourrait s’avérer dangereux est, par exemple, supprimé. Des barres de soutien ensuite sont présentes dans les couloirs et des ascenseurs facilitent les déplacements entre les étages. Il est ainsi plus facile de raccompagner une personne en crise dans sa chambre ou de la conduire dans un endroit plus calme afin de l’aider à retrouver le calme.

Des espaces de déambulation, par ailleurs, permettent aux personnes de se déplacer à leur guise : ces moments de déambulation sont apaisants pour les personnes en crise et aident à retrouver l’apaisement. Pour les plus chanceux, des salles de repos ou de musicothérapie sont mis à disposition afin que les personnes âgées puissent s’y détendre et s’adonner à des activités de relaxation avec les membres de l’équipe soignante.

Les fugues enfin représentent une véritable source d’inquiétude pour les aidants qui soutiennent les malades d’Alzheimer au quotidien. En effet, souvent désorientées, ces personnes peuvent s’échapper de leur maison de retraite Alzheimer et se mettre en danger. La présence de vigiles, de digicodes ou de caméras, permet de réduire, de manière conséquente, le nombre de ces fugues.

L’accompagnement des familles dans les maisons de retraite Alzheimer

Si l’annonce de la maladie d’Alzheimer est souvent difficile à accepter pour la personne malade, elle l’est tout autant pour sa famille. En effet, la dépendance d’un parent est une étape complexe car la prise en charge vient bouleverser le quotidien de tous. Bien que la maladie d’Alzheimer soit de plus en plus médiatisée du fait du nombre croissant des personnes qui en sont atteintes, les proches se trouvent souvent démunis, projetés dans un univers qu’ils ne connaissent pas. Pour cette raison, un accompagnement par des professionnels est essentiel car le bien-être du malade passe aussi par la manière dont son entourage appréhende sa maladie.

Les équipes soignantes des maisons de retraite Alzheimer ont mis en place de nombreux dispositifs afin de soutenir les familles des malades. Que ces derniers soient accueillis de manière permanente ou ponctuelle (accueil de jour), les professionnels soignants répondent présents et apportent leur expertise et leur savoir-faire.

Le personnel soignant peut procéder à un accompagnement personnalisé par le biais de rendez-vous individuels à la maison de retraite Alzheimer ou au domicile des aidants, par des discussions ou des aides concrètes à l’organisation et des conseils sur la prise en charge. Des accompagnements de groupe également, plus courants, sont proposés par le biais de réunions d’information ou de groupes de parole qui permettent, entre aidants familiaux, d’échanger des expériences, de confier ses angoisses et de bénéficier du témoignage de personnes ayant expérimenté des difficultés similaires.

Parce que la maladie d’Alzheimer touche la famille dans son ensemble et que le soutien des aidants est primordial pour assurer le bien-être des malades, le personnel soignant des maisons de retraite Alzheimer met un point d’honneur à intégrer, dans son dispositif de soins, un accompagnement des familles qui se place dans la logique de la prise en charge des malades.

Conserver son autonomie en maisons de retraite Alzheimer : un challenge au quotidien

Aider les résidents à conserver leur autonomie est le challenge quotidien du personnel qui œuvre dans les maisons de retraite Alzheimer. Si la maladie ne se soigne pas encore, il est toutefois possible d’en ralentir l’avancée en encourageant les personnes âgées à utiliser le plus souvent possible leurs fonctions cognitives. Les efforts que réclament l’accomplissement des tâches quotidiennes sont reconnus pour ralentir la progression de la maladie : malgré les difficultés qui sont les leur, les personnes âgées doivent donc faire leur maximum pour rester indépendantes et le personnel soignant des maisons de retraite Alzheimer doit les accompagner et les soutenir dans cette volonté.

Par « accompagnement » et « soutien », les membres du personnel soignant des maisons de retraite Alzheimer n’entendent en aucun cas « remplacement ». Les obstacles qui sont ceux des personnes atteintes de la maladie peuvent être surmontés ou contournés avec l’aide des aidants mais également grâce à certains dispositifs matériels mis en place : adaptions des logements pour faciliter les déplacements et la réalisation des actes du quotidien, renforcement de la sécurité, appareils technologiques permettant de pallier aux déficiences de mémoire ou travail sur le corps et renforcement musculaire viendront soutenir les personnes et leur permettre de conserver leur autonomie.

Cette donnée est une préoccupation majeure pour les membres des équipes soignantes des maisons de retraite Alzheimer. En plus de tous ces dispositifs désormais inscrits dans le quotidien des malades, des activités sont organisées afin que les personnes âgées fassent encore et toujours travailler leurs fonctions cognitives. Ces activités permettent par ailleurs de favoriser le maintien du lien social, une donnée essentielle pour les personnes âgées que la maladie et les difficultés de communication isolent souvent du reste du monde.

Humanitude et bienveillance dans les maisons de retraite Alzheimer

Les membres des équipes soignantes des maisons de retraite Alzheimer ont souvent un quotidien difficile car les patients accueillis dans ces établissements rencontrent de réelles difficultés de communication et sont fréquemment sujets à des crises de démence voire de violence. Ces crises sont l’expression d’une souffrance engendrée par la perte de leurs repères et par l’amenuisement progressif de leurs fonctions cognitives, des conséquences directe de la maladie.

Les professionnels qui assurent la prise en charge des personnes en maisons de retraite Alzheimer sont donc régulièrement confrontés à des situations stressantes mais ne doivent jamais perdre de vue leur objectif principal : assurer la sécurité et le bien-être de leurs résidents. Pour ce faire, des principes et des méthodes de soins sont mis en place. La bienveillance et le concept d’humanitude, mis en lumière il y a une trentaine d’années, sont appliqués par bon nombre de maisons de retraite Alzheimer et assurent ainsi aux malades une prise en charge de qualité.

Pour appliquer ces principes, le personnel soignant se doit de considérer les malades comme des personnes à part entière et ce, quel que soit leur niveau de dépendance ou l’avancée de leur maladie. Le rapport soignant /patient est alors basé sur l’échange et chacun est mis sur un même pied d’égalité. En considérant le patient comme la personne qu’elle est, les gestes de soins se transforment en gestes d’affection, les regards sont plus humains et la relation générale est améliorée. Appliquer de tels principes réduit considérablement le nombre de crises des résidents et améliore ainsi le quotidien du personnel des maisons de retraite Alzheimer.

A ce jour, un grand nombre de maisons de retraite Alzheimer basent leurs projets de soins sur ce type de principes. Ces établissement proposent ainsi à leurs résidents une meilleure qualité de soins et de prise en charge et offrent à leurs familles la tranquillité de savoir leur proche entre les mains de professionnels experts dans leur domaine, compétents et dévoués.

Importance des activités sportives dans les maisons de retraite Alzheimer

Avec l’âge, les personnes âgées perdent de leur tonus musculaire et se heurtent à des difficultés dans leurs déplacements et dans la réalisation des actes du quotidien du fait de leur faiblesse physique. Pour les personnes accueillies dans les maisons de retraite Alzheimer, ces difficultés sont d’autant plus importantes qu’elles sont associées à la perte partielle de certaines fonctions cognitives. Pour améliorer le quotidien des personnes âgées et les aider à bénéficier d’une meilleure qualité de vie, de nombreuses maisons de retraite Alzheimer organisent donc des séances de gymnastique douce adaptées aux capacités de leurs résidents.

Les séances de gymnastique des maisons de retraite Alzheimer sont basées sur la réalisation de mouvements simples et non brutaux. Les exercices sont généralement réalisables par des personnes valides comme par des personnes en fauteuil roulant par exemple. Ces séances ont pour objectif premier d’encourager les personnes âgées à faire un peu d’exercice.

La dépense physique n’est toutefois pas la seule fonction de ces séances puisqu’elles poussent par ailleurs les participants à faire appel à leurs fonctions cognitives, une donnée essentielle dans la prise en charge des personnes touchées par la maladie d’Alzheimer. En effet, pour réaliser les mouvements en question, les personnes âgées doivent faire appel à leur mémoire, l’une des premières fonctions mise à mal par la maladie.

Autre bénéfice de ces séances de gymnastique, la réconciliation avec son corps et la meilleure connaissance de ses capacités physiques. Certaines personnes âgées rencontrent en effet des difficultés psychologiques à accepter la décadence physique due à leur âge. D’autres, en revanche, ne se rendent pas compte de l’amenuisement de leurs capacités et peuvent, pour cette raison, se mettre en danger lors leurs déplacements par exemple.

Enfin, les séances de gymnastique dispensées dans les maisons de retraite Alzheimer favorisent le lien social, un lien bien souvent rompu pour les personnes âgées qui éprouvent de trop grande difficultés à communiquer verbalement du fait de leur maladie.

La musicothérapie dans les maisons de retraite Alzheimer

Le nombre croissant des malades d’Alzheimer et les statistiques qui annoncent une multiplication des cas sur les trente prochaines années ont encouragé les pouvoir publics à débloquer des fonds afin de soutenir les malades et le personnel soignant qui les accompagne. C’est ainsi que dans de nombreuses maisons de retraite Alzheimer, des aides financières ont permis la mise en place de nouveaux dispositifs et le recours à de nouvelles techniques pour améliorer la prise en charge des résidents.

La musicothérapie est l’une d’elle et s’est introduite dans de nombreux établissements ces dernières années. En fonction de la taille de l’établissement, de l’investissement du personnel et de l’état de santé des résidents, les séances de musicothérapie peuvent prendre différentes formes. Le point connu de chacun reste toutefois le recours à la musique comme mode de communication, d’expression et de relaxation pour des personnes souffrant de dégénérescence progressive des fonctions cognitives et se heurtant à des difficultés, plus ou moins importantes, dans ces domaines.

Les maisons de retraite Alzheimer ayant la chance de pouvoir bénéficier de moyens financiers conséquents pratiquent la musicothérapie dans des salles prévues à cet effet et sous le contrôle d’un spécialiste du domaine. Des activités de détente, dans une salle aux couleurs pastels, adaptée aux besoins des malades, permettent, en plus de l’ouïe, de développer l’odorat, le toucher, la vue et le goût.

Les maisons de retraite Alzheimer qui ne peuvent accéder à ce type d’infrastructures peuvent tout aussi bien proposer des activités de musicothérapie similaires. En se renseignant sur les goûts musicaux des participants et en créant, en fonction de leurs capacités et des objectifs à atteindre, des activités faisant appel à la mémoire, à l’évocation du souvenir et encourageant à la communication verbale ou non verbale, les bienfaits de la musicothérapie peuvent tout aussi bien être exploités.